Mon courant de pensées philosophiques, en partie.

PhilosophieQu’est-ce que philosopher, se poser des millions de questions sur le bonheur, l’existence, le sens de la vie, se tourmenter, réfléchir sans cesse, changer pertinemment d’avis ou tout simplement occuper son temps ? Dans ce nouvel article, j’étale ma propre philosophie, je partage avec vous ma vision personnelle des choses. Naturellement ce n’est que le jugement d’un jour car notre système de reflexion varie continuellement et est susceptible de virer brutalement de bord grâce ou à cause d’un évènement, d’une rencontre, d’une parole ou encore d’un geste impromptu et inattendu. Ne considérez pas ces quelques lignes comme vérité absolue de ma personnalité, elles ne sont que les témoins éternels d’un certain état d’esprit à une certaine période.

A l’aube d’écrire ces premiers mots, j’écoute le nouvel album d’Axenstar intitulé « Where Dreams Are Forgotten ». Il est assez bon, ce groupe de power métal mélodique suédois ne manque pas de ressources. A l’instar d’Orden Ogan, de Power Quest ou encore Blind Guardian, leur musique procure en moi un certain enthousiasme, une envie de me surpasser, d’aller au bout des choses. Cependant, où se trouve le bout des choses, pourquoi se donner des objectifs à atteindre, des sommets à franchir lorsque l’on sait qu’ils nous mèneront tous au même point de réunification universel. Cet unique endroit où tout le monde est remis à égalité, cette demeure où le cafard côtoie l’aigle royal, où le pauvre sourit au nez du riche, où l’arrière petit-fils retrouve son arrière grand-père. Ne pensez pas une seconde que je suis dépressif, je suis simplement réaliste, je décris un fait irrévocable, une vérité irréductible. C’est d’ailleurs la connaissance du dernier continent qui nous pousse à construire nos objectifs, notre vie. Notre intelligence nous fait prendre conscience que l’on a pas beaucoup de temps pour jouir des plaisirs de la vie et c’est une excellente chose. Si nous étions des immortels, notre existence serait ennuyeuse, insipide, oisive. La mort nous donne de la notoriété, du souvenir, de la gloire. C’est cette occasion de faire une seule fois les choses qui nous animent et nous stimulent. Combien de personnes écrivent exactement les mêmes mots que moi à cette instant ? Chaque existence est catégoriquement différente.

La limite de temps qui est donné à chaque individu est très courte. Tout le monde ne peut malheureusement pas faire ce qu’il veut. Néanmoins la pensée intérieure et la réflexion philosophique est ouverte indéfiniment à tous les esprits. La réflexion sans limite est une vertu qui n’a pas de prix, tout nous est permis, personne ne jugera jamais vos pensées, votre conception de la vérité. La vérité est néanmoins plus exquise lorsqu’elle est dévoilée, surtout lorsqu’elle se concrétise. Puisque je me contredis sans cesse, je dirais que la vérité, si elle demeure en vous, n’a aucun sens, aucune valeur, elle ne vaut pas la peine d’être nourrie. La liberté de pensée n’est donc pas la plus belle des sensations, elle atteint sa quintessence qu’à travers l’intégration sociale.

L’être humain ne vit pas pour lui contrairement à ce que l’on pourrait croire, il vit pour les autres, pour leur reconnaissance. Même le plus odieux des égoïstes connaît le bonheur par le biais d’une interaction sociale, qu’il s’agisse d’une musique qu’il écoute, d’un film qu’il regarde, d’un livre qu’il lit, … Celui qui ne trouve pas ou plus sa place dans cette perspective met généralement fin à ses jours. Si on vit, si on existe, c’est pour les autres, pour être aimé et aimer en retour, permettre ainsi à l’humanité de persister. Ce mécanisme devrait en théorie permettre de trouver le « bonheur ». Mais qu’est-ce que le bonheur et où le trouve-t-on ? Question récurrente que de nombreux philosophes tentent encore aujourd’hui d’y apporter leur réponse. C’est une notion tellement vague et personnelle qu’elle ne peut pas trouver de définition fixe et arrêtée. Pour ma part, il est introuvable. Le bonheur n’est qu’une succession d’évènements heureux qui s’enchaînent et créent une sorte de période de plénitude jusqu’au prochain malheur qui n’en sera que plus écrasant. Le malheur également n’existe pas, il suit juste le même procédé que le bonheur. Les deux se rejoignent parfois, se croisent souvent, se succèdent toujours.

Comme vous avez pu le constater, je ne fais que survoler les principaux points fondamentaux de ma doctrine. Beaucoup de sujets me tenaient à cœur comme les limites de la liberté de l’individu ou l’éternelle remise en question. Je n’ai cependant pas voulu vous assommer en vous balançant un traité philosophique qui  ne trouverait de toute manière pas sa place sur ce site.  Alors pourquoi ai-je écris un tel article ? Tout simplement pour laisser une trace de mes pensées et de la vision que j’avais de la vie ce vendredi 13 février 2015 la veille de la Saint-Valentin. Certes, la syntaxe, la grammaire et le vocabulaire employés dans ce billet n’entreront jamais à l’Académie française, mais là n’était pas le but. J’ai essayé de vous fournir tant bien que mal une explication simple et concrète de mon idéologie parfois contradictoire, je l’admets.

Ne considérez pas ces quelques lignes comme vérité absolue de ma personnalité, elles ne sont que les témoins éternels d’un certain état d’esprit à une certaine période.

Publicités

3 commentaires

  1. j’ai aussi ma propre doctrine philosophique.il s’appelle »complotisme » derivé du therme »complot.un complot entre l’homme et satan contre Dieu.surrêtre,qui veut dire Dieu dans ma philosophie.c’était un coup d’Etat contre le créateur.c’est la contingence de l’existence

  2. l’homme a toujours une plume rouge pour corriger ses sottises dans l’existence,qu’est la continuité de la voie du néant.(Gérold
    francois)

    l’ignorant s’affiche en voyant un croyant de sa vue.(Gérold francois)

    contingence de l’existence.le complotisme.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s